No-Poo / Jour 247 : Chaque jour est une nouvelle leçon

no-poo-evolution-jour247Après 3 mois de voyage, retour à la case ville natale pour se ressourcer. On retrouve la famille, les copines et la cousine partenaire de No-Poo. C’était aussi l’occasion de faire un nouveau bilan et de découvrir à quel point l’environnement est important pour nos cheveux. Déjà 8 mois sans shampoing et je continue à apprendre. C’est ce que j’adore avec le No-Poo : une fois qu’on a mis les pieds dedans, on découvre un milliard de choses qui nous donnent envie d’aller toujours plus loin. 

Ce qui est bien quand on ne revient qu’une fois tous les 2 ou 3 mois « chez nous », c’est qu’il y a toujours quelqu’un pour te dire que tes cheveux ont poussé ! Par contre, vu que le No-Poo intrigue plus d’une personne, j’ai l’impression de passer mon temps à parler cheveux. On dirait une représentante pour un produit miracle haha et dans le fond c’est un peu ça, parce qu’à force d’en parler, je fais la pub du No-Poo. Toujours les mêmes questions, les mêmes réactions, ça devient drôle à force. Quand on me demande « Tu continues le No-Poo ? » je trouve ça absurde parce que pour moi ce n’est pas quelque chose qu’on fait par phase ou par crise, c’est pas comme un régime ou un sport qu’on essaye. Le No-Poo c’est un mode de vie qu’on adopte et qui ne nous quitte plus. Enfin, je parle pour moi bien sûr. Mais c’est vrai que plus j’avance plus ça me parait impossible de faire marche arrière.

Après avoir passé 3 mois entourée d’air pur, je me rend compte de l’importance que peux avoir l’environnement sur nous et sur nos crinières. Au Brésil, j’ai passé jusqu’à deux semaines sans shampoing (gros record !) mais en arrivant en France c’était autre chose… Entre l’air pollué et l’eau calcaire, je ne tiens même plus une semaine, alors que je pensais avoir franchi une nouvelle étape. Dégoutée. Bon, il faut dire aussi que je suis revenue en pleine période de Pâques alors paye ta cure de malbouffe. On va dire que c’est pas ce qu’il y a de mieux pour les cheveux. Mais tant pis, je maintiens les bonnes habitudes : shampoing naturel sans rincer au vinaigre, shampoings secs, et brossage quotidien. Je dois nettoyer ma brosse tous les jours car à chaque fois je la retrouve pleine de poussière. C’est là qu’on peut constater les dégâts de la pollution. Au Brésil je ne retrouvais aucun résidus sur la brosse mais ici on dirait un sac d’aspirateur ! De quoi vous passer l’envie de se toucher les cheveux… Du coup je vais peut-être revenir au rinçage au vinaigre histoire de mieux les protéger de ces saletés. Mais n’empêche c’est assez flippant de voir ça parce que si je retrouve autant d’impuretés sur mes cheveux alors à quoi ressemblent mes poumons ?

Quand je reviens dans ma ville natale, je retrouve aussi celle avec qui j’ai commencé le No-Poo, ma chère cousine ! C’est elle qui m’en a parlé pour la première fois, c’est avec elle qu’on s’est lancé ce challenge, avec elle que je teste tous les trucs bizarres, on échange des conseils, on compare nos résultats et ce qui est marrant c’est qu’un même produit a des effets différents sur nous deux. Par exemple avec le Rhassoul. Perso je fais tout avec et c’est MA solution miracle, alors que sur elle, l’argile lui donne les cheveux électriques et elle n’aime pas du tout l’utiliser en shampoing sec. J’ai fait la cure de sébum, elle non et ça a aussi bien marché. Comme quoi il faut vraiment pas hésiter à tout essayer ! Avec ma cousine, quand on se retrouve, c’est comme si on en remettait une couche. On se remotive, on passe des commandes astronomiques sur Aroma-zone, nos discussions commencent toutes par « T’as vu l’article que je t’ai envoyé ? » et je peux vous dire que quand nos soeurs sont dans le coin et entendent nos discussions elles partent vite en soufflant. Ensemble, on voit jusqu’où on peut aller. Au départ on utilisait des produits naturels pour les cheveux, puis pour le corps, puis pour la maisons.. c’est sans fin ! Mais j’avoue que ça rend le challenge plus facile d’avoir un co-pilote.

Bilan de ces 8 mois de No-Poo : J’avais l’impression de faire du sur place, mais grâce aux remarques de mon entourage, je me rend compte qu’il y a un réel changement. Alors je prends en compte tous ces petits détails que j’apprends petit à petit et qui vont m’aider à aller plus loin. Sans oublier le soutien de ma co-pilote !

Et vous avez-vous un(e) partenaire de No-Poo ?

Publicités

3 réflexions sur “No-Poo / Jour 247 : Chaque jour est une nouvelle leçon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s